Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > L’eau salée (Moby Dick d’Herman Melville)

Vincent Thibault

L'eau salée (Moby Dick d'Herman Melville)

Comme de nombreux créateurs, j'ai plus de projets en perpétuel état embryonnaire que d'œuvres réalisées. J'ai toutefois la particularité (ou la folie) d'écrire parfois des quatrièmes de couverture pour mes livres hypothétiques. Je les polis longuement, ces quatrièmes : il m'arrive même d'en estimer la taille du caractère et de faire une jolie mise en page. Dans mes carnets, j'ai retrouvé l'esquisse d'un texte que je croyais original. Bête résumé : un lecteur compulsif devient fou (fou, peut-être comme dans les œuvres de Bukowski, auxquelles j'aurais pu faire allusion si seulement je les avais lues). Le personnage de ce récit-germe est un homme – un peu comme moi sans doute, en « juste un peu plus pire » – qui devient obsédé par ses lectures. D'un côté, il ne sera jamais satisfait tant qu'il n'aura pas lu tout ce que contient sa bibliothèque. De . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 21 novembre 2010 à 12 h 00 | Mis à jour le 11 avril 2015 à 15 h 47

Partage :
Share Button