Accueil > Rubriques > Le livre jamais lu > Je connais trop peu le monde

Michel Pleau

Je connais trop peu le monde

« Je crains bien que l’enfant qui cueille une fleur pour la première fois
n’ait une intuition de sa beauté et de sa signification que le botaniste
ensuite ne gardera pas. »
Henry David Thoreau

Je ne sais pas parler poésie avec les habits du botaniste.

Pour explorer l’image du livre jamais lu, je souhaite me tourner vers l’enfant que j’ai été. Il joue, tout seul, au fond d’une cour du quartier Saint-Sauveur à Québec. Il lance pour l’éternité un ballon sur le mur de briques rouges et le rattrape sans cesse.

Il en connaît beaucoup plus long sur la poésie que moi. Au fond, quelle différence entre lancer un ballon et écrire un poème ? Il est en train de vivre, sans le savoir, mes premiers poèmes.

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 17 octobre 2019 à 10 h 00 | Mis à jour le 17 octobre 2019 à 14 h 46

Partage :
Share Button