Print Friendly, PDF & Email
Accueil > Rubriques > Écrivains franco-canadiens > Jean Chicoine, une affaire de langue et de désir

Jean Chicoine

Jean Chicoine, une affaire de langue et de désir

« toutt se passe toultemps toutt dans nos têtes, lesquelles sont dans la noosfère qui est dans nos têtes »
Jean Chicoine, La forêt du langage

 

Né à Montréal en 1952, Jean Chicoine habite à Winnipeg depuis trente ans. En 2007, alors qu’il est dans la cinquantaine, Chicoine inaugure, avec Les galaxies nos voisines, une trilogie romanesque d’inspiration autobiographique, que compléteront La forêt du langage en 2010 et L’ange en 2014. Tous titres parus dans la précieuse collection « Rouge » des éditions du Blé (Saint-Boniface).

Le cadre de cette trilogie urbaine est un quartier du centre-ville de Winnipeg, le Village Osborne, que l’auteur lui-même habite, comme son narrateur alter ego, ici baptisé Jean, à la fois écrivain compulsif, ami généreux et compréhensif, amant honnête et décomplexé, rocker noctambule et jouisseur. De ce quartier, Chicoine n’évoque que des . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 24 juin 2019 à 1 h 00 | Mis à jour le 21 juin 2019 à 15 h 06

Partage :
Share Button