Andrée Christensen

Toujours poète, inévitablement poète

Andrée Christensen : sensible, très sensible, dans tous les sens possibles du mot. Timide, surtout lorsqu’on lui demande de se mettre en valeur – mais tellement généreuse lorsqu’elle reconnaît l’authenticité de ceux et celles qui veulent mieux la connaître, tant par rapport à son art qu’à sa vision du monde. Tendre et passionnée. Tumultueuse quand il le faut, s’adressant au plus intime de notre for intérieur quand la parole, toujours si poétique, l’exige. Emportée, cette parole, chantante, coulant doucement mais avec une grande force dans ce qu’elle transporte, dans l’accumulation constante des images qui nous atteignent, nous transpercent même.

Tout ce qu’elle écrit porte le sceau de la force poétique qui l’habite et la propulse inexorablement vers de nouveaux textes qui veulent se faire vie, de nouvelles textures où elle intègre, tisserande des mots, des images hautes en couleur, riches de ce miel des mots, comme elle l’annonce . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 28 juin 2018 à 2 h 00 | Mis à jour le 8 juillet 2018 à 18 h 03

Partage :
Share Button