Accueil > Dossiers > Écrivains/Thématiques > Un peuple et son rêve > 2. Andrée Ferretti : une voix dérangeante et nécessaire

Andrée Ferretti

2. Andrée Ferretti : une voix dérangeante et nécessaire

Un peuple que sa devise n’a jamais préservé de l’amnésie ne peut survivre que si retentissent à ses oreilles et dans son âme des voix en prise directe avec l’histoire.

Non qu’il s’agisse de stagner dans la nostalgie, mais parce que l’avenir se construit à partir des enracinements de la culture et des soifs de la dignité. Ces voix agaceront les tièdes chaque fois qu’elles dénonceront la médiocrité du climat politique et médiatique, mais elles révéleront du même coup leur absolue nécessité. L’histoire se souvient de Démosthène, Jérémie ou Churchill non en raison de l’écoute rarement obtenue auprès des peuples, mais pour la dure lucidité de leurs mises en garde. Au Québec, Andrée Ferretti compte parmi ces voix entêtées et indispensables.

Place aux jeunes

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 13 février 2016 à 17 h 55 | Mis à jour le 4 octobre 2016 à 12 h 50

Partage :
Share Button