Accueil > Dossiers > Écrivains/Thématiques > Issac Asimov et les Imaginaires de la fin > Mon Asimov à moi, il me parle du futur… (sur un air connu)

Isaac Asimov

Mon Asimov à moi, il me parle du futur… (sur un air connu)

J’avais quinze ans quand j’ai lu pour la première fois un texte d’Asimov. C’était le 19 décembre 1970, un samedi particulièrement froid comme il y en avait toujours à cette époque en décembre.

Calé au fond du monumental fauteuil du grand-père (seul un ado peut se caler ainsi dans un fauteuil), je tenais entre mes mains le programme de la journée : Les 20 meilleurs récits de science-fiction, une anthologie de Hubert Juin qui venait de paraître chez Marabout. La nouvelle d’Asimov, intitulée « Les mouches », y côtoyait « La patrouille du temps » de Poul Anderson, « La bibliothèque de Babel » de Jorge Luis Borges, « Axolotl » de Julio Cortázar, « Le père truqué » de Philip K. Dick… et bien d’autres chefs-d’œuvre. Soyons clairs : la nouvelle du bon docteur ne faisait pas le poids !

Quatre mois plus tard, un soir d’avril 1971, j’abordais « Toute la mis . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 27 mars 2014 à 17 h 02 | Mis à jour le 23 avril 2015 à 9 h 56

Partage :
Share Button