Accueil > Dossiers > Écrivains/Thématiques > Issac Asimov et les Imaginaires de la fin > L’apocalypse… et après ? Petite chronologie littéraire de la fin du monde

Jean-Pierre Andrevon, Margaret Atwood, J. G. Ballard, René Barjavel, Lutz Bassmann (Antoine Volodine), Alden Bell, David Brin, Max Brooks, John Brunner, Jean-Baptiste Cousin de Grainville., Jim Crace, Renée Dunan, Camille Flammarion, Pat Frank, Harry Harrison, Michel Houellebecq, P. D. James, Richard Jefferies, Stephen King, Robert Kirkman, Jack London, Richard Matheson, Cormac McCarthy, Robert Merle, Régis Messac, Walter M. Miller, Céline Minard, Robert C. O’Brien, Jeff Prucher, Julien Péluchon, C. F. Ramuz, J.-H. Rosny (aîné), Arno Schmidt, Mary Shelley, Nevil Shute, Jacques Spitz, George R. Stewart, Brian K. Vaughan, Julia Verlanger, Pierre Versins, Colson Whitehead, Stefan Wul, John Wyndham

L’apocalypse… et après ? Petite chronologie littéraire de la fin du monde

La fin du monde est un thème majeur au sein du roman conjectural.

L’« avant-apocalypse » vu par Lars von Trier dans son film MELANCHOLIA (2011)

Dans sa célèbre Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Pierre Versins lui consacre un lumineux article de onze pages1. Pour qualifier ce type de récits, il est d’usage d’employer l’adjectif « post-apocalyptique », ou l’un de ses synonymes, tels « post-holocauste » et « post-catastrophe », dont le dictionnaire Oxford de la science-fiction, Brave New Words, propose la définition suivante : « Qui se produit après un désastre à grande échelle dans lequel la civilisation a été détruite ou a régressé à un stade plus primitif ; [à propos d’une histoire] qui possède un tel cadre2 ».

Il existe, au sein de la fiction post-apocalyptique, de nombreux scénarios de fin du monde. Les plus anciens font intervenir le courroux divin, comme dans le mythe biblique du Déluge. Le désastre peut avoir été causé par la main de l’homme, comme dans le cadre d’une apocalypse nucléaire, industrielle ou militaire. Il peut aussi s’agir d’une catastrophe naturelle (séisme, tsunami), d’une épidémie meurtrière ou, suivant un canevas classique en science-fiction, d’une attaque extraterrestre. On parle même d’« apocalypse zombie » dans le cas où l’éradication de l’humanité est provoquée par une invasion de morts-vivants cannibales.

 


1. Pierre Versins, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, L’Âge d’homme, Lausanne, 1972, p. 325-336.
2. Sous la dir. de Jeff Prucher, Brave New Words, The Oxford Dictionary of Science Fiction, Oxford University Press, Oxford, 2007, p. 151-153. (Ma traduction.)

 

PETITE CHRONOLOGIE LITTÉRAIRE DE LA FIN DU MONDE

1805
Le dernier homme de Jean-Baptiste Cousin de Grainville.


1826
Le dernier homme de Mary Shelley.


1885
Londres engloutie de Richard Jefferies.


1893
La fin du monde de Camille Flammarion.


1910
La mort de la terre de J.-H. Rosny (aîné).


1912
La peste écarlate de Jack London.


1922
Présence de la mort de C. F. Ramuz.


1925
La dernière jouissance de Renée Dunan.


1935
L’agonie du globe de Jacques Spitz.
Quinzinzinzili de Régis Messac.


1943
Ravage de René Barjavel.


1949
La Terre demeure de George R. Stewart.


1951
Le jour des triffides de John Wyndham.
Miroirs noirs d’Arno Schmidt.


1954
Je suis une légende de Richard Matheson.


1957
Le dernier rivage de Nevil Shute.
Niourk de Stefan Wul.


1959
Hélas, Babylone de Pat Frank.


1960
Un cantique pour Leibowitz de Walter M. Miller.


1962
Le monde englouti de J. G. Ballard.


1966
Soleil vert de Harry Harrison.


1972
Malevil de Robert Merle.
Le troupeau aveugle de John Brunner.


1976
L’autoroute sauvage de Julia Verlanger.


1978
Le fléau de Stephen King (rééd. en version non abrégée en 1990).


1985
Le facteur de David Brin.


1986
Z comme Zacharie de Robert C. O’Brien.


1992
Les fils de l’homme de P. D. James.


2002-2008
Y, le dernier homme de Brian K. Vaughan (scénario) et Pia Guerra (dessin).


2003
Le dernier homme de Margaret Atwood.


Dep. 2003
The Walking Dead de Robert Kirkman (scénario), Tony Moore (dessin) et Charlie Adlard (dessin).


2005
La possibilité d’une île de Michel Houellebecq.


2006
Le monde enfin de Jean-Pierre Andrevon.
La route de Cormac McCarthy.
World War Z de Max Brooks.


2007
Le dernier monde de Céline Minard.
De visu de Jim Crace.


2010
Les aigles puent de Lutz Bassmann (Antoine Volodine).
Les faucheurs sont les anges d’Alden Bell.


2012
Pop et Kok de Julien Péluchon.
Zone One de Colson Whitehead.


 

Publié le 27 mars 2014 à 16 h 07 | Mis à jour le 2 juillet 2019 à 14 h 08

Partage :
Share Button