Guitton pierre dessin de

Christian Chelebourg, Justin Cronin, Laura Kasischke, Blandine Le Callet, Will Self, Marcel Theroux

Échos d’un monde en ruine

Du Déluge et de l’Apocalypse bibliques jusqu’au cinéma catastrophe en passant par la poésie de Blake, les récits de fin du monde jouissent d’une longue tradition dans l’imaginaire. Un sous-genre de la science-fiction, dit « post-apocalyptique », s’occupe d’ailleurs de dépeindre la vie aux lendemains d’un cataclysme ayant ravagé l’humanité.

Les amateurs de SF connaissent bien les classiques du genre signés Richard Matheson, Pierre Boulle, Robert Merle, Stephen King ou David Brin. La littérature générale a elle aussi fait de nombreuses incursions dans ce domaine. De récents romans de Marcel Theroux, Blandine Le Callet, Justin Cronin, Laura Kasischke et Will Self affirment les vertus romanesques de la fin du monde.

Ce qui rapproche des classiques de la SF comme Je suis une légende (1954), La planète des singes (1963), Malevil

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 27 mars 2014 à 17 h 06 | Mis à jour le 23 avril 2015 à 10 h 44

Partage :
Share Button