Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LES VILLES DE PAPIER

Dominique Fortier

LES VILLES DE PAPIER

Alto, Québec, 2018
187 pages
22,95 $

La délicatesse de la couverture, une reproduction d’une fleur de l’Herbarium d’Emily Dickinson conservé à l’Université Harvard, annonce bien la fine dentelle qui qualifie l’écriture de cette vraie et fausse biographie de la mythique poétesse du XIXesiècle.

Dans Les villes de papier, Dominique Fortier explore les mondes qu’elle a elle-même déjà habités et habite encore, comme ceux qui ont vu grandir puis mourir « la dame en blanc ». Si l’auteure a séjourné autant à Montréal, Ottawa et Boston qu’à Scarborough ou Cape Elizabeth – avec « sa plage de sable si blanc qu’il en semblait presque lunaire » –, Emily Dickinson, quant à elle, n’a guère bougé d’Amherst, son lieu de naissance dans le Massachusetts. À travers ces deux récits en parallèle perce le vibrant contraste entre les écrivaines, que l’habileté de l’auteure Fortier met encore plus en lumi . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 11 octobre 2018 à 7 h 10 | Mis à jour le 29 octobre 2018 à 20 h 12

Partage :
Share Button