Azélie Papineau

VERTIGES

JOURNAL, 1867-1868

VLB, Montréal, 2018
138 pages
22,95 $

Prenez une jeune fille de très bonne famille, élevée au cours des années 1840 dans la proximité des arts, la religion, les bonnes manières et les débats d’idées. Je n’imaginerais pas qu’à force de souffrances morales, une telle jeune femme puisse s’automutiler.

Vous me direz, bien au contraire, qu’elle avait tout pour se sentir écrasée dans ce Québec d’autrefois. Et puis, vous penserez : la maladie mentale frappe où elle veut. Que voulez-vous, ma naïveté me rattrape. Les livres servent encore à ça, à nous dessiller les yeux.

Cette Azélie Papineau (1834-1869) a besoin de présentations. C’est une des enfants de notre célébrissime Louis-Joseph, elle a été mariée à Napoléon Bourassa, artiste et écrivain (1827-1916), et elle est la mère d’Henri Bourassa (1868-1952), son cinquième enfant, le futur fondateur du Devoir. Elle meurt jeune, Henri n’a que quelques mois. Notable . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 6 avril 2019 à 11 h 00 | Mis à jour le 6 avril 2019 à 12 h 30

Partage :
Share Button