Accueil > Commentaires de lecture > Essai > UN CHEZ-SOI CHEZ LES AUTRES

Perla Serfaty-Garzon

UN CHEZ-SOI CHEZ LES AUTRES

Bayard Canada, Montréal, 2006
293 pages
32,95 $

Après avoir fait paraître Enfin chez soi ?, Récits féminins de vie et de migrationau début de l’année 2006, la Québécoise d’adoption (la précision n’est pas inutile en regard de son sujet de prédilection !) Perla Serfaty-Garzon revient, toujours sur la même problématique, mais cette fois accompagnée d’autres chercheurs et auteurs du Québec et d’Europe. Un chez-soi chez les autres regroupe dix textes qui, chacun selon un point de vue à la fois semblable et complémentaire aux autres, tentent de cerner l’expérience intime de l’immigration mais également celle des pays d’accueil face à cette irruption de gens venus d’autres horizons au sein de leur culture propre. Voilà un sujet tout à fait à propos en ces temps où la question des accommodements raisonnables alimente les médias et les propos de tout un chacun !

Les premiers textes, signés par les membres du groupe de recherche dirigé par Perla Serfaty-Garzon, traitent des plus importantes dimensions relatives à l’émigration : l’idée et les préparatifs du départ, les objets symboliques du pays quitté dont on s’entoure, la question de l’emploi en tant que motif d’émigration et enjeu d’intégration dans le pays d’accueil, et le sentiment de dislocation qui anime les premières générations d’immigrés. La deuxième partie est davantage axée sur les diverses réalités liées à l’intégration tant du côté des nouveaux arrivants que de celui des habitants du pays d’accueil. L’avocat québécois Julius Grey, reconnu pour son engagement envers les droits de la personne, y propose entre autres ses « Positions sur le multiculturalisme, le métissage et l’interculturalisme » et rejoint ainsi les observations du professeur de psychologie sociale et environnementale de l’Université de Barcelone, Enric Pol, sur le phénomène de l’immigration dans la mégapole catalane, dont la situation particulière au sein de la république espagnole en fait un lieu de comparaison très pertinent avec la réalité de l’intégration des immigrants à Montréal.

Bref, Un chez-soi chez les autres permet au lecteur de mieux saisir les enjeux et les dynamiques de ce phénomène en constante croissance à travers le monde.Un recueil d’essais passionnant à lire.

Publié le 8 octobre 2007 à 10 h 00 | Mis à jour le 8 octobre 2007 à 10 h 00

Partage :
Share Button