Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > TRAITÉ DU PAYSAGE

André Roy

TRAITÉ DU PAYSAGE

SAINT-JOSEPH-DE-LA-RIVE

Les petits villages, Montréal, 2005
Non paginé
10 $

Contrairement à ce que l’on pourrait sans doute déduire en lisant le titre, Traité du paysage n’est pas vraiment un « traité sur le paysage », ni même un traité. En fait, ce court recueil de vers a été inspiré par des séjours fréquents dans la région de Charlevoix. Voyageur, mais aussi poète, André Roy raconte en vers libres ses impressions de voyage et son émerveillement devant cette région qu’il admire. Deux dessins de Jean-Claude Rochefort complètent cette plaquette de poèmes d’une trentaine de pages.

Le village de Saint-Joseph-de-la-Rive, face à l’île aux Coudres, sert de sujet, de prétexte, sinon de modèle, à ces 19 courts poèmes, disposés linéairement et coupés par des séparateurs. Mais laissons parler la poésie : « La nuit pour la façon délicieuse d’avoir peur. | Noirceur de lait. | Des étoiles attachées à des ficelles | se balancent au-dessus de la rive » (« Le paysage-texte »).

Presque chaque page du Traité du paysage contient un sous-titre « sérieux », comme l’« Étude sociologique du paysage », ou le « Manuel du parfait paysagiste », tous suivis de quelques vers tenant en moins de dix lignes. À l’occasion, le poète ajoute un petit glossaire au bas de la page, pour expliquer la signification d’un régionalisme propre à Charlevoix, qu’il utilise dans son poème : on voit illustrés et définis les mots « Chouenne », pour indiquer « un discours habile », et plus loin « aganter », dans le sens d’apprivoiser : « Quelqu’un en avant, quelqu’un à côté, | ils ne faisaient qu’échanger, ils s’agantaient » (« Paysage sonore / Soundscape »).

Le style lyrique d’André Roy se veut descriptif et évocateur : des éléments propres au village de Saint-Joseph-de-la-Rive se retrouvent illustrés, « poétisés » par le visiteur. Si le poète n’évite pas toujours la complaisance dans le pittoresque, il ajoute une nouvelle dose à cette mythologie créée autour de Charlevoix, comme l’avait fait auparavant Félix-Antoine Savard, mais aussi les cinéastes Pierre Perrault et Michel Brault (on vient d’ailleurs de rééditer en DVD leur documentaire Pour la suite du monde, tourné en partie à Saint-Joseph-de-la-Rive). Ce Traité du paysage fait partie d’une édition numérotée, limitée à 125 exemplaires.

Publié le 24 septembre 2006 à 15 h 29 | Mis à jour le 11 février 2015 à 20 h 06

Partage :
Share Button