Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA STRATÉGIE DE L’ÉMOTION

Anne-Cécile Robert

LA STRATÉGIE DE L’ÉMOTION

Lux, Montréal, 2018
176 pages
16,95 $

Les Grecs avaient coutume de diviser la rhétorique, cet antique art de séduire et de persuader, en trois principales composantes.

L’ethosse rattachait, et se rattache encore aujourd’hui, à l’image de soi que projette un auditeur ; le pathosrenvoie aux passions manipulées pour influencer l’auditoire en faveur d’une thèse ; lelogos, enfin, correspond aux arguments rationnels, fondés sur la logique. Que ces trois aspects entrent en concurrence est fréquent : par exemple, lorsque les deux premiers ont préséance dans un discours, une mise au rancart inversement proportionnelle du troisième a alors lieu. Traduisant joliment cette corrélation asymétrique, Jean-Paul Sartre affirmait que « la conscience qui s’émeut ressemble assez à la conscience qui s’endort ».

Cette thèse est également celle que défend avec beaucoup de clairvoyance Anne-Cécile Robert, dans son essai La stratégie de l’émotion. Par émotion, la journaliste entend plus . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 13 décembre 2018 à 2 h 00 | Mis à jour le 13 décembre 2018 à 14 h 38

Partage :
Share Button