Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > RÉSIDENCE SÉQUOIA

Rachida M’Faddel

RÉSIDENCE SÉQUOIA

FRAGMENTS DE VIE

Fides, Montréal, 2018
276 pages
29,95 $

Des fragments de vie, voilà bien ce que raconte le roman Résidence Séquoia, du nom de la maison de retraite fictive où vit un microcosme de la société plurielle montréalaise. L’immigration, thème central des livres antérieurs de l’écrivaine à qui l’on doit notamment Le mirage canadien, revient en force dans ce roman choral.

La plupart des personnages sont venus d’ailleurs, enfants ou jeunes adultes, et ont refait leur vie à Montréal. Le récit de leur migration témoigne des bouleversements survenus au XXesiècle et de phénomènes plus récents. Maintenant âgés, seuls ou dépossédés, ils disent s’être résignés à la maison de retraite après avoir subi une épreuve ; deuil, incendie, maladie d’Alzheimer. Ceux qui ont des enfants sont nostalgiques du traitement réservé aux aînés dans leur pays natal.

Ils sont venus du sud de . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 11 octobre 2018 à 7 h 31 | Mis à jour le 11 octobre 2018 à 7 h 35

Partage :
Share Button