Pures et dures

Andrée Ferretti

PURES ET DURES

XYZ, Montréal, 2015
130 pages
19,95 $

Pures et dures, telles sont les 26 héroïnes du dernier recueil de nouvelles d’Andrée Ferretti. Des femmes extrêmes, les sœurs, en quelque sorte, de cette écrivaine hors norme. Vingt-six, comme les lettres de l’alphabet, chacune étant identifiée par son prénom, d’Adèle à Zoé. Vingt-six individus qui ont en commun leur amour de la liberté et qui ont une personnalité affirmée, à l’exception de Quétaine : « C’est le prénom dont j’affuble tous mes compatriotes, hommes et femmes, depuis octobre 1995 ». Cette quête de la liberté commence dans l’enfance et ne se termine qu’avec la mort. Cécile a six ans lorsqu’elle sort de la maison sans la permission de sa mère. Son audace coûtera cher à cette dernière, qui devient la meurtrière de l’homme sur lequel elle tombe en se cachant. Adèle, qui a 81 ans et souffre de la « Zalmer », prépare son évasion pour . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 27 avril 2015 à 16 h 13 | Mis à jour le 12 juin 2015 à 10 h 30

Partage :
Share Button