Jolène Ruest

MONOGAMIES

OU COMMENT UNE CHANTEUSE COUNTRY A FUCKÉ MA VIE SEXUELLE

XYZ, Montréal, 2016
219 pages
21,95 $

La chanteuse country évoquée dans le titre, c’est Dolly Parton, celle-là même qui endisquait en 1974 une chanson baptisée « Jolene » qui traite de sa crainte que son mari la trompe. La narratrice du roman, Jolène, accueille cette filiation comme une espèce de croix à porter, parce qu’elle se sent « condamnée à l’adultère ou à briser des cœurs » en raison de l’aura de cette chanson.

Entourée de ses meilleurs amis Bear et Pouliche, entre son vibrateur et son acouphène, Jolène court les spectacles de musique et poursuit un obscur projet dont on comprend qu’il vise surtout à expérimenter des relations qui sortent du modèle standard du couple hétérosexuel, fusionnel et en quête de fidélité.

Dans une langue crue et avec un ton réaliste, le roman est parfois très drôle même si certains effets (l’onomatopée du vibrateur qui s’étend sur plusieurs pages, par exemple) finissent par . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 10 octobre 2016 à 9 h 00 | Mis à jour le 11 octobre 2016 à 10 h 30

Partage :
Share Button