Accueil > Commentaires de lecture > Essai > METS ET MERVEILLES

Maryse Condé

METS ET MERVEILLES

Lattès, Paris, 2015
300 pages
29,95 $

Qu’est-ce qui distingue l’écriture de la cuisine ? La première abhorre la répétition, tandis que la seconde en redemande. N’est-ce pas ? C’est en tout cas ce qu’affirme Maryse Condé, dont le succès absolu est la jambalaya, un grand plat du sud des États-Unis. Passion, dites-vous ? Absolument ! Même si ce rapprochement peut choquer les âmes sensibles, qu’à cela ne tienne : c’est l’objet même du livre, d’autant plus qu’elle lui permet de lutter contre l’exclusion (des littératures guadeloupéenne, africaine et afro-américaine) dont elle s’est toujours sentie victime. Plus encore : c’est un moyen de transgresser l’interdit édicté par la mère, à savoir que seules les personnes peu évoluées s’occupent de la cuisine.

Les lecteurs de la grande globe-trotteuse savent qu’elle ne fait pas dans le politiquement correct qui a envahi nos discours. C’est son abord direct de la vie, accompagné d’un . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 15 février 2016 à 21 h 43 | Mis à jour le 15 février 2016 à 11 h 50

Partage :
Share Button