Kim Zupan

LES ARPENTEURS

Trad. de l’américain par Laura Derajinski
Gallmeister, Paris, 2016
299 pages
15,95 $

Si Michel Tournier avait la quarantaine bien sonnée quand il publia son premier roman, Vendredi ou Les limbes du Pacifique, en 1967, il fait figure de jeunot à côté de Kim Zupan, âgé de 61 ans lorsqu’est paru The Ploughmen en 2014. Avant de s’essayer à la littérature, Zupan a tâté de plusieurs métiers : il a été professionnel de rodéo, pêcheur de saumons en Alaska et même réparateur d’avions à réaction. Il enseigne aujourd’hui la menuiserie à Missoula, Montana. Cet État américain, qui forme le décor des Arpenteurs et donne lieu à de nombreuses évocations ensorcelantes, appartient à la géographie intime du romancier puisque celui-ci a grandi dans les environs de Great Falls. Depuis sa parution, Les arpenteurs a soulevé un concert d’éloges, nullement exagérés : le livre de Kim Zupan possède le côté à la fois sauvage et . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 15 décembre 2016 à 18 h 00 | Mis à jour le 18 décembre 2016 à 16 h 38

Partage :
Share Button