Accueil > Commentaires de lecture > Essai > LA LEÇON DE ROSALINDE

Mustapha Fahmi

LA LEÇON DE ROSALINDE

La Peuplade, Chicoutimi, 2018
131 pages
21,95 $

Au fil des pages, on a un peu l’impression de lire un Marc Aurèle contemporain. Pas tant pour le fond que pour la forme : enchaînement de textes plus ou moins longs (parfois une seule phrase, parfois plusieurs paragraphes) exposant des pensées qui semblent à la fois être venues spontanément à l’auteur et être le fruit d’une longue réflexion.

Mais contrairement à Marc Aurèle, le destinataire n’est pas l’auteur : on sent constamment le besoin de communiquer, et on a même souvent l’impression qu’il lui tardait de diffuser son point de vue sur tel ou tel sujet, notamment son éclairante – et originale – position sur la sempiternelle question : « Qu’est-ce qui empêche Hamlet d’agir ? »

Ah, oui, car c’est surtout d’un amoureux de Shakespeare qu’il s’agit. Et pas un amoureux tiède : « Être capable de lire sans tenter de lire Shakespeare, même en traduction, c’est comme visiter un pays sans voir son plus grand . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 8 avril 2018 à 14 h 46 | Mis à jour le 10 avril 2018 à 15 h 35

Partage :
Share Button