Waubgeshig Rice

LE LEGS D’EVA

Trad. de l’anglais par Marie-Jo Gonny
David, Ottawa, 2017
306 pages
21,95 $

Que se passe-t-il chez un peuple « placé » dans une réserve et coupé de ses racines ?

Waubgeshig Rice est un Anishinabé de la réserve de Wasauksing. Il a eu la chance de faire des études supérieures en journalisme et travaille à la CBC. Il vit à Toronto, mais demeure lié à son peuple. Son œuvre témoigne de son attachement et de sa volonté de parler de la vie, de la colère, des attentes, des échecs et des réalisations des autochtones en s’adressant à ceux-ci, mais aussi aux « allochtones ». Le legs d’Eva est son deuxième ouvrage, mais le premier traduit.

La situation des habitants de la réserve de Birchbark (nom inventé) sur la rive nord de la baie Georgienne, comme la réserve dont est natif l’auteur, est loin d’être saine. Alcool, violence, scolarisation incomplète, suicides s’inscrivent dans un climat de pauvreté et surtout d’absence d’espoir, porteur d’une colère . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 5 octobre 2017 à 18 h 48 | Mis à jour le 25 septembre 2017 à 16 h 52

Partage :
Share Button