Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > L’APPRENTISSAGE DE DUDDY KRAVITZ

Mordecai Richler

L’APPRENTISSAGE DE DUDDY KRAVITZ

Trad. de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné
Boréal, Montréal, 2016
411 pages
29,95 $

Duddy Kravitz n’a pris aucune ride depuis sa venue au monde il y a un demi-siècle. En revanche, peut-être l’épiderme québécois a-t-il gagné quelques millimètres sur le front de la tolérance et de l’humour. Il fut un temps, en effet, où certaines susceptibilités gardaient rancune à Mordecai Richler de ce qu’elles percevaient comme un mépris viscéral de la francophonie d’ici. Par inaptitude à rire de soi, certains ne parvenaient pas à lui pardonner les piques censément systématiques dont il torturait le Québec. À le lire sans ce filtre, on aurait dû admettre dès cette époque que Richler répartissait assez équitablement sa détestation de la sottise ; c’est aujourd’hui chose faite et plus rien n’empêche de l’admirer comme un des maîtres de l’humour.

Chose certaine, L’apprentissage de Duddy Kravitz démontre à l’évidence que l’auteur ne taquine aucun groupe culturel . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 10 octobre 2016 à 1 h 00 | Mis à jour le 11 octobre 2016 à 11 h 35

Partage :
Share Button