Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA SÉPARATION DES CORPS

Emilie Andrewes

LA SÉPARATION DES CORPS

Druide, Montréal, 2017
140 pages
17,95 $

Entre Christina, jeune vingtenaire très adolescente, et Marie-Ange, cuisinière haïtienne, le fossé est grand : la culture, l’âge, le milieu de vie.

Et pourtant, la passion est au rendez-vous et c’est elle qui est le point de départ de ce roman qui met en scène un amour difficile et une séparation qui le sera encore plus.

Dans son cinquième ouvrage, Emilie Andrewes nous ouvre le quotidien d’un couple qui se fait et se défait. L’accent est finalement moins mis sur ce qui sépare ces femmes que sur ce qui les fait ressembler à d’autres couples : jalousie, rythmes incompatibles, moments tendres, affection sincère, peur de vieillir, vengeance, etc. Autour d’elles gravitent le fils handicapé intellectuel de Marie-Ange, les parents egocentrés de Christina, les amis de la première, les employeurs de la seconde, et chacune des vignettes qui forment leur histoire ne se rattache pas nécessairement à une trame secrète . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 22 juin 2017 à 11 h 16 | Mis à jour le 22 juin 2017 à 11 h 16

Partage :
Share Button