Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA DERNIÈRE GUERRE

Bertrand Gervais

LA DERNIÈRE GUERRE

XYZ, Montréal, 2017
259 pages
24,95 $

Bertrand Gervais poursuit depuis plusieurs années une carrière de professeur de lettres à l’UQAM, alternant publications scientifiques et romans souvent empreints des questions traitées par l’essayiste. Spécialiste, entre autres domaines, de littérature américaine, le prolifique polygraphe revient à la charge avec un roman sur la guerre, ou plutôt, sur les guerres.

 Les petites, personnelles et privées ; les grandes, de portée nationale, voire mondiale, de celles que l’on transpose au grand écran et dont on pleure les victimes à coups de monuments commémoratifs. Son roman intègre d’ailleurs plusieurs descriptions de scènes d’anthologie empruntées à Cimino, Coppola et Kubrick, trois pointures du cinéma ayant traité du conflit vietnamien.

Au départ, un froid amoureux, une histoire de cœur qui bégaie. À défaut d’une thérapie de couple, le narrateur de La dernière guerre s’offre un road trip curatif aux États . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 22 juin 2017 à 10 h 40 | Mis à jour le 22 juin 2017 à 10 h 40

Partage :
Share Button