Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > HENRI DE SES DĖCORS

Laurance Ouellet Tremblay

HENRI DE SES DĖCORS

La Peuplade, Chicoutimi, 2018
96 pages
19,95 $

Lauréate en 2010 du Prix littéraire Radio-Canada (poésie) pour « Était une bête » (un recueil éponyme suivra en 2014) et du Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2014 (poésie) pour Salut Loup !, Laurance Ouellet Tremblay publie son premier récit.

Un récit tout poétique où le plaisir des mots entraîne le lecteur. L’histoire plus qu’étrange d’un personnage qui fabrique d’improbables décors de théâtre avec du papier journal a de quoi étonner. Chaque matin, Henri fait sa tournée pour récupérer les journaux invendus de la veille qu’il transporte dans son chariot de fil métallique. Histoire absurde, que la syntaxe du titre annonce déjà. C’est Henri lui-même qui raconte, Henri angoissé, en mode survie. On le sait, tout narrateur au Je peut fabuler, nous berner ; celui-ci nous invite d’ailleurs à nous méfier. Par . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 8 avril 2018 à 14 h 55 | Mis à jour le 9 avril 2018 à 10 h 41

Partage :
Share Button