Accueil > Commentaires de lecture > Essai > HAÏTI PAR LUI-MÊME

Sous la direction de Adriana Santiago

HAÏTI PAR LUI-MÊME

La reconquête de l’indépendance volée

Karthala, Paris, 2014
267 pages
44,95 $

Ce serait fausser les données que de compter dans les relevés de population en Haïti le nombre de coopérants internationaux qui y résident, soit sous l’égide des Nations unies et de leur « Mission pour la stabilisation en Haïti », antérieurement appelée « Force de maintien de la paix », soit comme missionnaires d’organisations non gouvernementales (ONG). Dans le passé – car la coopération internationale existe depuis longtemps –, celle-ci a produit, même après de brefs séjours dans le pays, un nombre incalculable d’experts mondiaux sur les questions haïtiennes.

Le titre de cet ouvrage, Haïti par lui-même, laissait supposer qu’il s’agirait d’une compilation de réflexions sur Haïti par des Haïtiens. Mais non, la majorité des textes sont écrits par des étrangers qui, pour la plupart, sont arrivés dans le pays après le séisme de 2010. On pouvait alors croire qu’il s’agissait d’un autre rapport d’experts, destiné à justifier aux yeux du monde leur présence coûteuse dans ce pays, « le plus pauvre de l’Amérique ». Mais en réalité, ce livre n’est pas si mauvais. On peut ne pas nécessairement partager les opinions émises dans cet ouvrage, même celles des Haïtiens qui y ont contribué, mais il faut reconnaître que, dans son ensemble, Haïti par lui-même a comme objectif de donner une image de l’état actuel du pays et aussi, et surtout, d’affirmer qu’il y a encore de l’espoir malgré les difficultés qu’éprouve le pays à se remettre de crises politiques et de catastrophes naturelles.

Tous les domaines sont couverts : le passé, un peu, le présent, surtout, l’économie, la démographie, la religion, l’art et la culture, et aussi l’importante question de l’identité. C’est un peu un grand article encyclopédique qui nous est proposé. Mais ce qui retient particulièrement l’attention, c’est un détail mentionné dans la postface et qui précise que cet ouvrage est né d’une collaboration Sud-Sud ; les auteurs ont peut-être ainsi voulu se soustraire à cette catégorie d’experts instantanés qu’a produits la coopération avec ce pauvre petit pays.

Publié le 12 février 2016 à 16 h 37 | Mis à jour le 9 février 2016 à 16 h 46

Partage :
Share Button