Tahar Ben Jelloun

GIACOMETTI

LA RUE D'UN SEUL

Gallimard, Paris, 2007
111 pages
34 $

Ni présentation ni commentaire critique, cet essai, dans sa brièveté, va au cœur du sujet : son auteur a été bouleversé par la rencontre de l'œuvre d'Alberto Giacometti. Pourquoi le titre intrigant ? Ancrée dans la mémoire de Tahar Ben Jelloun, « la rue d'un seul » à Fès donne accès à un labyrinthe de passages étroits par lesquels pourraient se glisser des figures filiformes ; elle devient ainsi la métaphore par laquelle l'écrivain nous introduit à l'artiste. Les deux vivent, bien qu'elle s'exprime selon leurs voies propres, une même passion. Ben Jelloun croit en la proximité, plus, en la consanguinité des deux arts. « Quand je me mets à écrire une histoire, ce sont les mots - le bronze de l'écrivain - qui me guident comme si quelqu'un que je ne connais pas me l'avait racontée et m'avait demandé de la transmettre aux autres. » De leurs personnages, aucun des deux ne sait ce qu'il adviendra. Ils sortaient de Giacometti . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 20 mars 2008 à 17 h 02 | Mis à jour le 12 juin 2015 à 13 h 57

Partage :
Share Button