Accueil > Commentaires de lecture > Fiction > LA FIN DE LA TERRE
Desrosiers_FinDeLaTerre1

Emmanuel Desrosiers

LA FIN DE LA TERRE

Bibliothèque québécoise, Montréal, 2015
93 pages
8,95 $

« Que se passerait-il si un jour la foudroyante nouvelle se répandait que notre planète se désagrège ? » demande Emmanuel Desrosiers en ouverture de son court roman apocalyptique. Cette question, que de nombreuses séries de science-fiction et superproductions hollywoodiennes nous ont habitués à nous poser sans arrêt depuis les années 1950, inquiétait déjà Emmanuel Desrosiers en 1931, l’année où parut cet étrange récit comptant parmi les plus anciennes œuvres de SF québécoise. À titre de comparaison, La cité dans les fers d’Ubald Paquin date de 1926 et L’homme qui va de Jean-Charles Harvey de 1929. C’est donc un trésor d’archives qu’exhume la Bibliothèque québécoise. Par rapport à l’édition originale, il ne manque que la préface de Jean-Jacques Lefebvre et quelques illustrations de Jean Paul Lemieux, mais ces disparitions sont compensées par l’éclairante postface que signe Jean-Louis Trudel.

Dans La fin de la Terre, Desrosiers imagine notre planète à la fin du xxive siècle. De gigantesques cataclysmes naturels l’ont rendue inhabitable. Seul espoir pour éviter l’extinction de l’humanité : un exode massif vers Mars, coordonné par un savant montréalais, Herbert Stinson. À part quelques formulations datées ici et là, le récit de Desrosiers a étonnamment bien vieilli. Certes, le regard sur les innovations technologiques révèle davantage de candeur que de prescience, mais l’intérêt du récit se situe ailleurs : dans le fait qu’il s’agit de l’un des tout premiers romans post-apocalyptiques. Devançant de peu Jacques Spitz, Régis Messac, George R. Stewart et Pat Frank, parmi les premiers maîtres du genre, Desrosiers a démontré que la fin du monde est propice à une narration spectaculaire. Ce n’est donc pas seulement les annales de la science-fiction québécoise que son roman a marquées, mais aussi celles de la science-fiction tout court. À redécouvrir absolument !

Voir aussi :
L’apocalypse… et après ? Petite chronologie littéraire de la fin du monde

Publié le 18 décembre 2016 à 15 h 09 | Mis à jour le 13 janvier 2017 à 20 h 35

Partage :
Share Button