Accueil > Commentaires de lecture > Essai > CHRONIQUES DU SEPTIÈME CIEL

Pierre Revelin

CHRONIQUES DU SEPTIÈME CIEL

Carte blanche, Montréal, 2016
158 pages
19,95 $

Vous appréciez l’humour cynique ? La langue de bois n’est pas votre tasse de thé ? Vous voulez connaître la relation entre les oreilles de lapin (pour télé) et les dinosaures ? Vous avez envie de vous émouvoir ? De vous offrir une lecture qui n’a rien de banal ? Alors, précipitez-vous chez votre libraire pour vous procurer les Chroniques du septième ciel, un ouvrage aussi remarquable qu’iconoclaste.

Ces chroniques, qui peuvent prendre la forme d’un simple paragraphe, d’un poème… ou d’une recette de spaghetti, sont absolument délicieuses. J’avoue pourtant avoir ressenti, au début, quelque perplexité. Mais, à mesure que je découvrais l’humour et la verve de l’auteur, je me suis laissé gagner par le plaisir croissant de la lecture. Il faut dire qu’il ne recule devant aucun tabou : qu’il soit question d’une petite madame grassouillette dont les enfants aiment les bandes dessinées et qui sèmera derrière elle une série de catastrophes politiques et sociales, ou de voiles islamiques servant à des fins d’intimidation sur une banquette de restaurant un vendredi soir, ou encore de sexisme pratiqué par des « féministes hystériques », on ne peut pas dire que Pierre Revelin a froid aux yeux. Et tant mieux ! Sa plume acerbe réjouit, à l’ère de la censure bien-pensante qui se répand et s’impose partout dans nos sociétés. Mais il sait aussi émouvoir et raconter avec tendresse les étapes cruciales de la vie : la naissance (suivie de la période des couches), la jeunesse, l’amour, la vieillesse, la mort.

Quelle lecture rafraîchissante et pleine d’originalité ! Quel petit bijou, livré dans un verbe ciselé avec, en filigrane, un nuage de poésie (sur fond de septième ciel, le nuage). Le ton intimiste, particulier à l’auteur, se situe, à mon humble avis, près de celui de Gilles Archambault et de Réjean Ducharme. Rien de moins ! Que le recours à l’autoédition semble avoir été nécessaire pour la publication de cet ouvrage remarquable me sidère. Il aurait peut-être fallu ajouter quelques recettes pour retenir l’attention d’une maison d’édition. Ou peut-être était-il question d’éviter tout risque de controverse. Espérons qu’il s’agisse tout simplement d’un choix de l’auteur.

Publié le 13 janvier 2018 à 12 h 16 | Mis à jour le 12 janvier 2018 à 15 h 22

Partage :
Share Button