Accueil > Commentaires de lecture > Essai > ET VOUS AVEZ EU BEAU TEMPS ?

Philippe Delerm

ET VOUS AVEZ EU BEAU TEMPS ?

LA PERFIDIE ORDINAIRE DES PETITES PHRASES

Seuil, Paris, 2018
159 pages
24,95 $

La perfidie ordinaire des petites phrases. Le sous-titre n’aurait pu être mieux choisi. Dans la bouche de qui les prononce, les petites phrases dont il est ici question révèlent souvent bien plus que ce qu’elles énoncent prosaïquement, voire candidement. À la manière d’un entomologiste, Philippe Delerm épingle ces énoncés en apparence anodins, entendus ou lus ici et là, autant dans la sphère privée que publique, et les exhibe, non sans fierté. Sa collection comporte 68 spécimens, judicieusement choisis et décortiqués. Chaque syntagme est présenté et codé selon un ordre qui en permet non seulement le classement, mais une juste appréciation. L’épingleurdes petites phrases s’attarde d’abord à préciser le contexte dans lequel la phrase est énoncée (conversation familière, bavardage, réplique publicitaire, assertions diverses selon l’humeur du jour, expressions figées, etc.), puis il s’intéresse à sa structure syntaxique pour mieux en souligner les contours et les teintes de la malice, voire de la douce perfidie qu’une écoute distraite pourrait ne pas reconnaître, avant de disséquer sa portée sémantique, couche par couche. Le modèle de la fiche analytique demeure sensiblement le même d’un échantillon à l’autre. La phrase éponyme en est sans doute le meilleur exemple à ce titre. Qui, en effet, ne s’est pas un jour fait demander, au retour de vacances, par un ami ou un collègue envieux, s’il avait eu beau temps, si le séjour à la mer valait vraiment les grains de sable coincés entre les orteils ?

Perfidie, feinte ou déclarée, c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Philippe Delerm traque et dévoile ce qu’on essaie, parfois habilement et parfois maladroitement, de masquer sous la cuirasse linguistique : envies, petits défauts, faiblesses, obséquiosités, clichés, banalités quotidiennes qui se glissent dans des expressions en apparence inoffensives comme un ver dans la pomme. Il suffit de gratter un peu le vernis de ces phrases pour aussitôt en libérer le pouvoir caustique, ou subversif. Certaines phrases agissent comme des grenades, un mot dépasse, vous tirez dessus et l’ensemble vous saute au visage. Philippe Delerm est aux aguets, son carnet à portée de main, prêt à dégoupiller les expressions qui parfois l’amusent, et parfois l’excèdent. Dès lors qu’il débusque l’une de ces petites phrases, il la dissèque et la répertorie avant de la classifier. Il arrive également que la situation devance l’énoncé, les faits rapportés donneront naissance à ces expressions de parade qui marqueront l’imaginaire collectif. En dresser ici la liste serait vous priver du plaisir d’en faire par vous-même la découverte.

Et vous appelez cela un commentaire de lecture ?

Publié le 13 juillet 2018 à 15 h 09 | Mis à jour le 13 juillet 2018 à 15 h 09

Partage :
Share Button