Accueil > Articles > 1. Imaginaire de la Côte-Nord – Présentation

1. Imaginaire de la Côte-Nord – Présentation

CARTOGRAPHIER L’IMAGINAIRE QUÉBÉCOIS II

La Côte-Nord de tous les possibles

Après le Saguenay–Lac-Saint-Jean, voici le second dossier de notre série « Vie littéraire et imaginaire de… »

En ouverture, Jérôme Guénette du Groupe de recherche sur l’écriture nord-côtière (GRÉNOC) examine les dimensions insoupçonnées de la Côte-Nord, ce « pays dans le pays » qui transforme ceux qui s’y aventurent, où ni les lieux ni le temps n’ont la même valeur qu’ailleurs.

C’est un peu comme si Jean Désy nous prenait par la main. Le poète-médecin nous invite à longer « sa » Côte-Nord, à traverser les pays de Rita Mestokosho, de Roland Jomphe, du grand Gilles… Dans la taïga dominée par la mer, suivez le guide !

Des récits de voyages et de naufrages à Manikanetish de Naomi Fontaine, on écrit « sur » la Côte-Nord depuis belle lurette. Pierre Rouxel, l’autre Grénocien de ce dossier, réalise un véritable tour de force en revisitant près de cinq siècles d’écrits nord-côtiers en une chronologie approfondie d’où se dégagent maints grands courants.

Deux Nord-Côtières d’origine se prêtent à un petit jeu épistolaire. Erika Soucy signe une carte postale dont le point d’ancrage est Portneuf-sur-Mer « quecqu’part en 1997 », là où « l’avenir, c’est marcher sur la grève dans le mauvais sens du vent ». Noémie Pomerleau-Cloutier adresse une lettre bien actuelle, heureux signe d’un temps nouveau, aux femmes de Pakua Shipi, communauté innue tristement célèbre en raison des récentes révélations au sujet de celui qu’on nommait naguère le « pape de la Basse-Côte-Nord1 ».

Jamais Michel Pleau ne revient bredouille du regard de Joséphine Bacon. De poète à poète, il rend hommage à la voix intime et impérieuse de Bacon, à sa capacité à créer un cercle de la parole autour de son œuvre.

En descendant la rue Saint-Jean / J’ai rencontré2… un inconditionnel, un spécialiste de celui qui a mis Natashquan sur la carte du monde. Denys Lelièvre, au fil des ans, a su donner à lire et à entendre à ses étudiants et auditeurs de la radio – et maintenant aux lecteurs de Nuit blanche – un autre Gilles Vigneault. Un compagnon de route.

Et en la remontant, cette fois, la rue Saint-Jean, nous sommes tombés sur Jean-Yves Fréchette. Et voici que par la parole débordante du prof de poésie et cofondateur de l’Institut de twittérature comparée, nous sommes emportés sur la Côte-Nord au temps de Hauterive, la « branchée ».

Allez, bonne route !


1. Le missionnaire Alexis Joveneau (Tournai, 1926 – La Romaine, 1992) qu’on a vu entre autres dans les documentaires Le goût de la farine (ONF, 1977) et Le pays de la terre sans arbre ou le Mouchouânipi (ONF, 1980) de Pierre Perrault.
2. Gilles Vigneault, « La rue Saint-Jean ».

Publié le 9 avril 2019 à 9 h 44 | Mis à jour le 9 avril 2019 à 9 h 56

Partage :
Share Button