Accueil > Articles > Thérèse Casgrain, La gauchiste en collier de perles de Nicolle Forget
Thérèse Casgrain

Nicolle Forget

Thérèse Casgrain, La gauchiste en collier de perles de Nicolle Forget

Le sous-titre de ce livre1 n'est ni taquinerie ni reproche : il souligne le contraste qui a marqué la carrière de Thérèse Casgrain : irrévocablement marquée par son appartenance à une classe sociale riche de biens et d'avantages, elle se porta pourtant cent fois à la défense des humbles. Nicolle Forget insistera sur ce trait en évitant aussi bien l'acharnement que la complaisance, mais sans dissimuler les contradictions qui en résultaient.

La cuillère d'argent

Le fait est connu : le père de Thérèse, Rodolphe Forget, fut le Québécois le plus riche de son temps. Il mit le pied à l'étrier grâce à son oncle Louis-Joseph, seul Canadien français en lice lorsque la Chambre des agents de change devint, en 1874, la Bourse de Montréal. Rodolphe dut, à son exemple, subir son apprentissage, « le temps d'apprendre, d'atteindre sa majorité et de mettre de . . .

Pour lire la suite, veuillez vous abonner. Déjà abonné(e) ? Connectez-vous.

Publié le 13 mai 2015 à 18 h 46 | Mis à jour le 14 juin 2015 à 9 h 31

Partage :
Share Button